kumba.be









 Mes infos
LES PROFESSEURS
MISSION 2006 > LES PROFESSEURS

LES PROFESSEURS DU « DIVISIONAL YOUTH AND ANIMATION CENTRE »









Bien que le DYAC soit un établissement gouvernemental, les professeurs ne sont pas engagés par l’état mais par Pauline BESSEM, la directrice .  La rémunération des enseignants et leurs horaires sont fixés en commun accord avec la directrice et sans contrat écrit.  





 





Jusqu’à présent, le Comité PROJET-KUMBA belge a veillé à fournir une aide financière aux dix professeurs.  Vu les circonstances (priorité d’investir dans le bâtiment et le matériel) nous ne pouvons pas parler de salaire mais plutôt d’aide, de soutien aux professeurs.  Pour les mois de septembre 2005 à janvier 2006, la somme de 1125 € a été remise à la directrice pour rémunérer les dix professeurs.  (Le « soutien » est donc de 20€/mois/prof).  Il faut avouer que c’est peu mais sans cette aide minime, ils n’auraient de toute façon reçu aucune rémunération du gouvernement.  Nous sommes leur seule aide.  





 





Lors de notre réunion avec le personnel éducatif, les professeurs nous ont expliqué leur situation financière précaire.  Nous la comprenons bien mais avons réexpliqué que la priorité de l’aide financière devait d’abord aller à l’investissement dans le matériel éducatif et l’équipement des ateliers avant de pouvoir envisager une rémunération plus élevée des professeurs (qui serait de 40.000 cfa /mois, càd : 60€/mois)  





 





Le Maire de Kumba, FERDINAND ASAPNGU, a insisté sur le fait que le peu de rémunération offerte par le Comité PROJET-KUMBA était un cadeau du ciel et que les professeurs du DYAC devaient s’en contenter pour l’instant.  Il leur a rappelé que c’est le devoir du gouvernement camerounais de les rémunérer et que comme celui-ci ne le fait pas, qu’il fallait être patient.  « Un peu, c’est mieux que rien … Vous devriez être très satisfaits de tout ce que le Comité PROJET-KUMBA a déjà fait volontairement pour ce centre et surtout pour la jeunesse de Kumba » a-t-il dit pour conclure.  





 





Les professeurs des cours techniques, qui possèdent donc un atelier en ville reconnu par le Ministère responsable pour le DYAC, ne doivent pas payer de taxes, ce qui constitue un avantage fiscal pour eux.  





 





Comme les nouveaux ateliers ne sont pas encore équipés et qu’il n’y a ni eau, ni électricité au DYAC, il est évident que les professeurs ne peuvent donner leurs cours pratiques.  Ils ont donc établi une liste du matériel à acheter par option.  La somme à investir pour équiper tous les ateliers dépasse largement le budget dont dispose le Comité PROJET-KUMBA.  C’est pourquoi les professeurs et la directrice se réuniront très prochainement afin de décider des priorités des achats à effectuer et dans la mesure du possible, sans léser quiconque.



 









 





 

 
 
 
 
Easy Site Manager © 2004