kumba.be









 Mes infos
LES ELEVES
MISSION 2006 > LES ELEVES

LES ELEVES DU « DIVISIONAL YOUTH AND ANIMATION CENTRE ».



Les élèves du DYAC sont des jeunes qui vivent dans des conditions difficiles.  Le but du DYAC est d’améliorer leur sort, de les sortir de la rue et les sauver de la criminalité en leur offrant les moyens de devenir des adultes responsables et instruits.  C’est donc un public difficile à attirer et à motiver car bien souvent leurs parents ne disposent pas de moyens ou ne voient pas la nécessité de les envoyer à l’école.



Les élèves du DYAC doivent porter un uniforme (comme partout en Afrique).  Ils ont deux uniformes : un pour les cours pratiques (combinaison de travail bleue) et un uniforme pour tous les jours.  Afin d’éviter un carnaval de couleurs, en chaque début d’année, la directrice va acheter le tissu au marché et fait confectionner les uniformes. Ils sont ensuite vendus au prix de 13.000 cfa (20€).  La combinaison de travail coûte 12.000 cfa (18,45€). 









Les conditions difficiles dans lesquelles les élèves vivent expliquent parfois leur irrégularité scolaire : leurs parents les retiennent à la maison pour y travailler ou pour veiller sur leurs petits-frères/petites-soeurs, les élèves n’ont pas de moyens de transport et parfois pas les moyens de payer pour un trajet en bus ou en taxi-bus, quand ils tombent malades, ils n’ont pas les médicaments ni les docteurs compétents dans leurs villages retirés, … sans oublier de mentionner la déplorable économie camerounaise avec son nombre croissant de chômeurs, même diplômés,  qui est responsable de la fatalité et du découragement de beaucoup d’élèves potentiels. 





Les élèves du DYAC doivent respecter les règles de discipline.  Un des professeurs est le préfet de discipline et intervient en cas d’absentéïsme, de non-paiement des frais scolaires, … Selon le cas, le préfet prend contact avec les parents de l’élève et/ou prend des sanctions.  Au cas où les sanctions n’ont pas suffit, l’élève est convoqué chez la directrice qui peut éventuellement décider de son renvoi.









Sur les 29 élèves inscrits en septembre 2005, il n’en reste que 19 (2 filles et 17 garçons), dont 4 inscrits en électricité, 10 en construction et 5 en mécanique.  Nous avons rencontré une fille de 3è année, très motivée et déterminée à terminer sa formation dans l’option mécanique.  Elle semblait à l’aise dans le monde « masculin » de l’automobile et est l’élève la plus motivée du groupe.  Elle travaille même le samedi à l’atelier de mécanique.  Elle nous a suppliés de ne surtout pas l’inscrire dans une option future plus féminine.  Par contre, une autre élève de 1ère année que nous avons rencontrée à l’atelier de construction nous a avoué ne pas vraiment s’y sentir à sa place.





Vu la disproportion entre élèves féminins et masculins, il s’avère nécessaire de créer des options pour les filles.  Suite aux entretiens avec la directrice, les professeurs et les élèves, il a été décidé d’ouvrir les options de couture, coiffure et secrétariat dès la rentrée de septembre 2006. (voir aussi conclusion)













 





 





 









 





 





 









 





 





 





 





 

 
 
 
 
Easy Site Manager © 2004